Kaay Job

Pourquoi faut il entreprendre dans l’Agriculture au Sénégal ?

L’économie sénégalaise repose principalement sur le secteur de l’agriculture qui occupe plus de 60% de la population active. Sous ce rapport, l’État du Sénégal, a mis en œuvre d’importants programmes d’amélioration, de renforcement et de modernisation de la base de production agricole à travers les politiques définies dans le Plan Sénégal Émergent (PSE), dans sa composante PRACAS (Programme d’accélération de la cadence de l’Agriculture Sénégalaise), qui vise l’autosuffisance en riz, entre autres objectifs.

Grâce notamment à d’abondantes ressources hydriques et des terres arables propices à la production agricole, le potentiel de l’agriculture sénégalaise est largement reconnu, notamment dans les filières céréalières et horticoles. Les modèles de réussite des dernières années prouvent à suffisance la capacité́ existante des exploitants privés sénégalais et étrangers.

L’Agriculture sénégalaise c’est principalement :

  • Près de 4 millions d’hectares (19% de la superficie du pays), inégalement répartis dans les zones éco-géographiques ;
  • Des mises en valeur agricoles qui ne portent annuellement que sur 65% de ces terres, soit environ 2.5 millions d’hectares ;
  • 98% de ces terres cultivées sous pluie, induisant une activité́ agricole fortement exposée aux aléas climatiques.

L’agriculture constitue le pilier fondamental de la politique de développement du Sénégal qui réunit toutes les conditions favorables à l’essor d’une agriculture compétitive assurant la sécurité́ alimentaire et d’importants flux d’exportation vers des marchés de haute valeur. Spécifiquement, le domaine de l’horticulture -fruits et légumes- présente, dans le contexte actuel, les meilleurs atouts en termes de croissance et de création de valeur ajoutée.
La gamme de produits agricoles, vivriers, industriels et horticoles est large et constitue pour l’agriculture du Sénégal, de nombreuses opportunités confirmées. Parmi ces produits, on peut retenir l’arachide et la filière oléagineuse, le riz, les céréales (maïs, mil, sorgho), l’oignon, la tomate industrielle, les produits horticoles d’exportation, etc.

Toutefois, pour accélérer réellement et significativement la cadence dans un contexte de raréfaction des ressources financières, le Gouvernement du Sénégal a choisi de faire un effort de priorisation. Ainsi, le Gouvernement, avec toutes les parties prenantes, compte concentrer et booster ses investissements agricoles dans des produits hautement stratégiques pour le Sénégal touchant la totalité́ du monde rural à savoir le riz, l’oignon, l’arachide et les fruits et légumes de contre-saison.

L’objectif visé étant, notamment, de réaliser un volume d’exportation de plus de 200 000 tonnes de fruits et légumes, dans un horizon temporel à moyen terme, à travers l’élargissement de la diversité́ des produits « Origine Sénégal ». Une autre ambition pour l’horticulture sénégalaise, en particulier, est de contribuer à l’autosuffisance en produits maraichers sur le plan national.

 

commenter

Restez connectés

Nous suivre sur Instagram

Restez connectés

Ne soyez pas timide, contactez-nous.